Présentation de l’aïkido

L’Aïkidoka (le pratiquant d’aïkido) utilise prioritairement l’esquive ; pour éviter tout heurt, il guide l’attaque de son partenaire en le contrôlant au maximum jusqu’au point de déséquilibre. A ce moment l’Aïkidoka choisit la projection ou l’immobilisation selon l’effort que demande l’une ou l’autre, s’accordant au mieux aux énergies déployées et à l’efficacité recherchée.

Parce qu’il tend au parfait équilibre du corps et de l’esprit , l’harmonie et l’équilibre caractérisent les techniques de l’Aïkido, qui, à travers elles, constitue une méthode d’éducation complète en accord avec les nécessités de nos sociétés.

Cet art martial « philosophique » contribue à l’épanouissement physique, mental et relationnel de la personne. En effet, la pratique de cette discipline conduit au développement harmonieux du corps. L’exécution des mouvements impose l’acquisition des réflexes, l’étude de sa propre stabilité et la recherche du déséquilibre de l’adversaire, la connaissance et l’utilisation de l’énergie.

L’Aïkido ne faisant pas appel à la force physique peut être pratiqué par chacun d’entre nous, enfant ou adulte. Sa pratique rigoureuse sur le tatami constitue une véritable école de droiture et de respect. La recherche de l’attitude juste au bon moment, la pureté du geste et de la pensée font de cet art martial une discipline originale où l’idéal de perfection allie nature et culture, corps et esprit.

De nombreux pratiquants viennent à l’Aïkido pour son aspect de défense personnelle, ils perçoivent cependant très vite qu’il est plus qu’un simple ensemble de techniques visant à maîtriser un adversaire éventuel. Au delà du plaisir sportif immédiat, il procure une compréhension accrue de soi et des autres ainsi qu’une valorisation des qualités humaines. L’Aïkido n’est pas un sport de compétition, c’est une discipline sportive, un art de vivre.

L’Aïkido est accessible à tous : l’âge, le poids, la taille ou la force n’ont aucune importance.

Publicités