Préparation au début d’un cours

La pratique des Arts Martiaux, comme toute pratique physique ou sportive nécessite un échauffement physique pour prévenir les blessures du corps. Mais en tant que Budo, la dimension spirituelle est aussi présente dés cet échauffement, aussi, il ne consiste pas seulement en des exercices de préparation physique mais aussi de purification de l’esprit (exercices hérités de la tradition shintoïste qui faisait partie des influences de O Sensei).

Remarque : Dans notre dojo toulousain nous pratiquons l’enseignement de Maître Tamura, aussi les différentes phases de la préparation physique ci-dessous sont elles celles qu’il a enseigné et elles peuvent donc être différentes dans un autre dojo qui dépend de l’influence toute aussi respectable d’un autre maître.

Voici à présent les différents exercices que nous pratiquons avant la pratique proprement dite avec quelques explications :

Mitama Shizume

Cet exercice à pour fonction de réunifier le corps et l’esprit avant la pratique. On se déconnecte du monde extérieur pour commencer une unification nécessaire à la pratique.
On laisse de côté ses soucis à l’expiration et on s’emplit de soi à l’inspiration.
Mitama Shizume a le sens de : « le dos est chargé du passé éternel, le ventre est chargé du futur. Donc, en étant debout, je développe ma propre conscience, la confirmation de ma propre identité pour accomplir mon destin. »

Pour pratiquer cet exercice on se met debout (Maître Tamura le pratique aujourd’hui en seiza mais l’objectif reste le même) avec les pieds écartés d’un demi pas chacun, les bras le long du corps droit, la colonne vertébrale droite, le menton droit et rentré.
Ensuite on expire en se baissant le plus droit possible pour vider peu à peu ses poumons mais surtout son tanden (à 4 cm sous le nombril). Les mains se ferment sur ce mouvement avec le pouce à l’intérieur (on serre les poings) mais sans forcer pour ne pas bloquer le ki (l’énergie). Le poids repose sur l’avant du pied et le périnée est contracté.
Ensuite on remonte sur l’inspiration pour reprendre la position droite initiale.
On pratique ce mouvement 4 fois de suite.

Remarque : Quand on a du mal à se concentrer on peut utiliser “le son” en prononçant successivement : I en expirant, KU en inspirant, MU en expirant, SU en inspirant, BI en expirant. Cela favorise le calme intérieur.

Torifune

C’est une sorte de rameur debout. Ce mouvement symbolise celui réalisé par les âmes des morts pour traverser le fleuve sacré. En aïkido, il sert à éduquer le ki et à le faire circuler dans tout le corps. torifuneOn est toujours debout les pieds écartés (cf exercice précédent). On regarde vers la gauche tout en avançant le pied gauche. Les bras se tendent à la façon d’un rameur (poings fermés) mais le mouvement doit partir de la hanche. On pousse un « Ei » en se penchant en avant , puis un kiaï « Ho » en revenant à la position d’origine.
On réalise cet exercice une dizaine de fois puis on fait des vibrations (cf Furitama).
Ensuite on passe au côté droit en accélérant les mouvements d’avancée-reculée et en poussant le kiai « Essa, Essa ». On refait les vibrations avant de refaire encore plus rapidement le kiaï « Eh, Eh » sur le pied de départ (gauche).

Furitama

Cet exercice de vibration est un exercice purificatoire shintoïste que l’on pratiquait sous des cascades d’eau (comme celle que l’on trouve à Iwama). On parle de misogi externe.

O sensei préparation

On est toujours debout, les pieds distants de la largeur des épaules. On joint les mains (droite par dessus la gauche). Dans le creux formé entre les mains il faut imaginer une boule d’énergie qui doit croître lors du déroulement de l’exercice. On secoue alors ses mains qui sont au niveau du hara de manière à faire vibrer tout le corps. (Des pieds à la tête via la colonne vertébrale).
On fait cet exercice en se concentrant sur le “troisième œil” (c’est à dire entre les sourcils) en alternance avec Torifune. On le réalise donc 3 fois.

Remarque : normalement, on doit répéter les mots sacrés qui invoquaient la divinité de la cascade : « Harae-do-no-Okami »

Okatebi

Otekabi consiste, mains à hauteur du front, doigts entrelacés, paumes et doigts vers le bas à pousser le kiai « Ei » en resserrant et en amenant avec force les mains vers le bas. Le but de cet exercice est d’amener une forme d’autosuggestion qui provoque le rassemblement subit de toute les énergies.

Publicités